Archives mensuelles : juillet 2019

« Exil pénal et circulations forcées dans l’Empire colonial français ». Le cas particulier du convoi de « forçats arabes » du 27 juillet 1868 vers la Guyane française.

Collage, 56×45, papier « mecanorama », février 1962 © Didier Poiraud

Référence papier: Linda Amiri, « Exil pénal et circulations forcées dans l’Empire colonial français  », L’Année du Maghreb, 20 | 2019, 59-76.

Linda Amiri, « Exil pénal et circulations forcées dans l’Empire colonial français  », L’Année du Maghreb [En ligne], 20 | 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 12 juillet 2019. http://journals.openedition.org/anneemaghreb/4514  DOI : 10.4000/anneemaghreb.4514

Linda Amiri

Maître de conférences en histoire contemporaine à l'université de Guyane, je suis spécialiste de l'histoire de la colonisation et de la décolonisation. Mes premiers travaux ont porté sur la guerre d'indépendance algérienne. Ma thèse, dirigée par Serge Berstein et Benjamin Stora, intitulée "La Fédération de France du Front de libération nationale, des origines à l'indépendance (1920-1962)" a été soutenue en 2013 à Sciences Po Paris.

More Posts

Follow Me:
Twitter

El Menfiyoun المنفيون

La loi du 30 mai 1854 sur l’exécution de la peine des travaux forcés fait de la Guyane un territoire expérimental de l’utopie pénale, agricole et coloniale. Entre 1852 et 1867, les transportés coloniaux représentent à peine 1,32 % des effectifs, la catégorie « forçat arabe » fait son apparition en 1866 dans les statistiques officielles de l’administration pénitentiaire guyanaise. En 1867, la décision du gouvernement français d’arrêter provisoirement les convois de transportés coloniaux modifie considérablement la sociologie du bagne : afin de trouver un second souffle à ce projet de colonie pénitentiaire, décision est prise de puiser dans le vivier des transportés indigènes pour continuer à alimenter la Guyane de forces vives. La période algérienne des bagnes de Guyane s’ouvre et perdurera jusqu’en 1887, année de reprise de la transportation des condamnés européens vers la Guyane. Pour autant, l’exil pénal et la peine de travaux forcés continuent d’être des éléments incontournables de l’arsenal judiciaire colonial et ce jusqu’à l’abolition de la transportation en 1938. Sept ans après la départementalisation, les derniers forçats sont évacués vers la métropole, les portes du bagne se ferment définitivement en 1953. Les traces mémorielles de ce passé sont éparses et l’histoire de ces « forçats arabes » reste à écrire.

@Archives nationales d’outre-mer. Carnets de suivi administratif de « forçats arabes ». Seconde moitié du XIXe siècle

L’exil pénal des Algériens vers la Guyane a joué un rôle méconnu dans le développement de cette colonie et dans la longue histoire de la justice en Algérie. Les profils des transportés, puis des relégués sont pluriels et disent également beaucoup de la société coloniale dont ils sont issus. Pendant près d’un siècle, ce territoire français en Amérique a été l’une des clefs de voûte du maintien de la domination coloniale, d’Alger à Yên Bái. Retracer l’histoire de ces circulations forcées contribuerait sans nul doute à renouveler l’historiographie du fait colonial et impérial.

Linda Amiri

Maître de conférences en histoire contemporaine à l'université de Guyane, je suis spécialiste de l'histoire de la colonisation et de la décolonisation. Mes premiers travaux ont porté sur la guerre d'indépendance algérienne. Ma thèse, dirigée par Serge Berstein et Benjamin Stora, intitulée "La Fédération de France du Front de libération nationale, des origines à l'indépendance (1920-1962)" a été soutenue en 2013 à Sciences Po Paris.

More Posts

Follow Me:
Twitter