Omar Boudaoud, l’homme de l’ombre du Front de Libération Nationale en Europe pendant la guerre d’indépendance Algérienne, nous a quitté.

J’ai eu l’occasion d’interviewer longuement M. Boudaoud pour ma thèse. Toujours affable et plein d’humour, il n’en fut pas moins un grand militant et un redoutable stratège. Ancien de l’OS, nommé par Abane Ramdane, il mena d’une main de fer la Fédération de France du FLN, ordonna le renforcement de la lutte armée contre le MNA et la restructuration du nidham . Si l’organisation du FLN en France fut nommée la VIIe Wilaya par la direction du FLN, c’est en grande partie grâce à lui. Paix à son âme. Pensées pour sa famille et ses compagnons de lutte.

Dans un entretien au journal Le Monde, l’historien Jacques Le Goff nous rappelait que « l’historien est un artisan de la mémoire ». Il est grand temps pour moi de tenir mes engagements envers lui et toutes celles qui m’ont fait confiance, du FLN au MNA, pour livrer leur histoire de la guerre d’indépendance algérienne en Europe.

@APS

« La double absence »* . Sur les traces du transporté Abdallah

@N.Clément

En Guyane, les lieux de mémoire du bagne sont nombreux mais, rares sont ceux qui évoquent la présence des transportés ou relégués originaires d’Afrique. Ce pour quoi, Maripasoula fait figure d’exception. Dans cette commune de l’ouest guyanais, proche de la frontière avec le Suriname, il existe un quartier, une avenue et un chemin qui portent le nom d’Abdallah en hommage à un ancien bagnard. Si son nom est resté, son histoire personnelle s’est effacée de la mémoire collective.

Abdallah c’est un peu l’arabe qui cache la forêt, l’un des rares forçats à avoir pu construire une vie après le bagne quand des milliers de parias y ont laissé leur vie. Pour autant, on ne sait pas grand chose de lui, son nom de famille ne figure que partiellement dans la toponymie de Maripasoula . Contemporain de l’écrivain afro-américain Ralph Waldo Ellisson, Abdallah est lui aussi « invisible tout simplement parce que [nous] refus[ons] de le voir. »

Le confinement ne me permet pas d’aller à Maripasoula et de mener les entretiens que j’avais prévu de faire pendant les vacances de Pâques. Qu’à cela ne tienne, je vous propose, entre deux « cueillettes de fraises », de vous présenter le parcours d’Abdallah, en l’état actuel de mes recherches. J’en profite pour remercier l’ensemble des collègues des archives territoriales de Guyane, pour leur aide précieuse dans cette enquête.

*Expression empruntée au sociologue Abdelmalek Sayad. Voir La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré , préface de Pierre Bourdieu, 1999

Une enfance algérienne

Fils de Cherif ben Ahmed et de Fatiha Bent Belkacem, Abdellah LALLAYMIA BEN CHERIF est né en 1904 à Morris, commune de plein exercice (1885) situé dans le nord-est de l’Algérie, près de l’actuelle ville d’Annaba.

Au XIXe siècle, Morris est l’un des deux centres de population créés au lieu dit Zerizer, par arrêté du 19 septembre 1877. Aujourd’hui la ville porte le nom de Ben M’hidi, sans doute en hommage à l’un des héros de la révolution algérienne, Larbi Ben M’hidi, assassiné par l’armée française lors de la « grande répression d’Alger » (Gilbert Meynier).

Ces quelques jalons historiques sur son parcours « d’homme libre » dans l’Algérie coloniale puis dans « l’enfer vert guyanais » permettent de dessiner les contours d’un itinéraire hors norme : celui du « fils du pauvre » (Mouloud Feraoun) condamné à l’exil pénal pour assassinat, devenu propriétaire terrien en Amérique.

Avoir 20 ans dans l’Algérie de l’entre-deux guerres

Séminaire HPPG , programme 2019-2020

HPPG a lieu tous les 2e jeudis du mois à l’université de Guyane (14h-16h). Possibilité de suivre les séances en visioconférence (me contacter pour les liens Renater. )

Porte des libérés et porte des relégués au bagne de saint-Laurent-du-Maroni en Guyane © wikimedia commons / Davric

  Jeudi 10 octobre 2019: Georges Rech, Directeur des Archives Territoriales de Guyane : “Les archives relatives au bagne conservées aux archives territoriales de Guyane” / Kristen Sarge, Directeur Musées & Patrimoine  (CTG)  : “L’inventaire du patrimoine pénitentiaire de Guyane”

 Jeudi 14 novembre 2019 :   Grégory Beriet, Maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Guyane : “Itinéraire d’un forçat presque « gâté », le cas de l’anarchiste Auguste Liard-Courtois (fin XIXe – début XXe siècle).”

Jeudi 12 décembre 2019 : Mickaël Mestre, Archéologue, INRAP : “Le bagne de Saint-Laurent- du-Maroni”

Jeudi 23 janvier 2020: Arnauld Heuret, MCF à l’université de Guyane  » Les camps annexes de l’ouest guyanais autour de Saint-Laurent-du-Maroni »

Jeudi 13 février 2020: Aïssata Camara « Les condamnés africains dans les bagnes de Guyane (1852-1954) ». Professeure certifiée d’Histoire-Géographie à l’académie de Guyane. Thèse en préparation à Paris 8 , sous la direction d’Emmanuelle Sibeud.

Jeudi 12 mars 2020: Eric de Mari, PU Histoire du Droit, université de Montpellier, « Le tribunal maritime spécial de Cayenne »

Jeudi 9 avril 2020: Aurélie Schneider, Conservatrice du patrimoine, « Les Îles du Salut : études en cours et perspectives de recherche ».

Jeudi 14 mai 2020: Linda Amiri , MCF à l’université de Guyane, « Éloigner les indésirables et régénérer les « indigènes-colons ». L’archipel carcéral guyanais, outil de la domination coloniale (1852-1946) »

Jeudi 11 juin 2020 : Nicolas Payraud, Conservateur régional de l’archéologie adjoint à la DRAC Grand Est, « Les vestiges de la période pénitentiaire sur l’îlet La Mère : le défi de la conservation face au développement touristique »

« Exil pénal et circulations forcées dans l’Empire colonial français ». Le cas particulier du convoi de « forçats arabes » du 27 juillet 1868 vers la Guyane française.

Collage, 56×45, papier « mecanorama », février 1962 © Didier Poiraud

Référence papier: Linda Amiri, « Exil pénal et circulations forcées dans l’Empire colonial français  », L’Année du Maghreb, 20 | 2019, 59-76.

Linda Amiri, « Exil pénal et circulations forcées dans l’Empire colonial français  », L’Année du Maghreb [En ligne], 20 | 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 12 juillet 2019. http://journals.openedition.org/anneemaghreb/4514  DOI : 10.4000/anneemaghreb.4514

El Menfiyoun المنفيون

La loi du 30 mai 1854 sur l’exécution de la peine des travaux forcés fait de la Guyane un territoire expérimental de l’utopie pénale, agricole et coloniale. Entre 1852 et 1867, les transportés coloniaux représentent à peine 1,32 % des effectifs, la catégorie « forçat arabe » fait son apparition en 1866 dans les statistiques officielles de l’administration pénitentiaire guyanaise. En 1867, la décision du gouvernement français d’arrêter provisoirement les convois de transportés coloniaux modifie considérablement la sociologie du bagne : afin de trouver un second souffle à ce projet de colonie pénitentiaire, décision est prise de puiser dans le vivier des transportés indigènes pour continuer à alimenter la Guyane de forces vives. La période algérienne des bagnes de Guyane s’ouvre et perdurera jusqu’en 1887, année de reprise de la transportation des condamnés européens vers la Guyane. Pour autant, l’exil pénal et la peine de travaux forcés continuent d’être des éléments incontournables de l’arsenal judiciaire colonial et ce jusqu’à l’abolition de la transportation en 1938. Sept ans après la départementalisation, les derniers forçats sont évacués vers la métropole, les portes du bagne se ferment définitivement en 1953. Les traces mémorielles de ce passé sont éparses et l’histoire de ces « forçats arabes » reste à écrire.

@Archives nationales d’outre-mer. Carnets de suivi administratif de « forçats arabes ». Seconde moitié du XIXe siècle

L’exil pénal des Algériens vers la Guyane a joué un rôle méconnu dans le développement de cette colonie et dans la longue histoire de la justice en Algérie. Les profils des transportés, puis des relégués sont pluriels et disent également beaucoup de la société coloniale dont ils sont issus. Pendant près d’un siècle, ce territoire français en Amérique a été l’une des clefs de voûte du maintien de la domination coloniale, d’Alger à Yên Bái. Retracer l’histoire de ces circulations forcées contribuerait sans nul doute à renouveler l’historiographie du fait colonial et impérial.