À propos

En langue arabe,  le mot « El Menfiyoun » signifie les « bannis », les « exilés », « les déportés ». Il est un clin d’œil à la célèbre chanson d’Akli Yahiaten, « Ya el menfi », dont le texte serait une reprise, en arabe dialectal, d’un poème kabyle écrit au lendemain de l’insurrection de 1871.  Après bien d’autres chantres de l’exil, Rachid Taha enregistra ce grand classique de la chanson algérienne.

Ce carnet  se situe aux prémices d’une recherche d’envergure sur l’histoire des prisons et de l’enfermement en Guyane (XIXe-XXe siècles). La question des transportés et relégués originaires d’Algérie m’intéresse plus particulièrement, ce blog est donc dédié à cette première étape de ma recherche.

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Guyane et chercheure associée à l’université de Strasbourg (UMR 7367 DYNAME), mes thématiques de recherche portent sur le maintien de l’ordre en situation coloniale, l’histoire des prisons et de l’enfermement (histoire des bagnes portuaires, de l’archipel carcéral guyanais et des colonies pénitentiaires pour mineurs inclus), la formation des États coloniaux et l’histoire de la guerre d’indépendance algérienne . Ma thèse, dirigée par Serge Berstein et Benjamin Stora, intitulée « La Fédération de France du Front de libération nationale, des origines à l’indépendance (1920-1962) » a été soutenue en 2013 à Sciences Po Paris.

Liens vers Criminocorpus & Twitter: