« La double absence »* . Sur les traces du transporté Abdallah

@N.Clément

En Guyane, les lieux de mémoire du bagne sont nombreux mais, rares sont ceux qui évoquent la présence des transportés ou relégués originaires d’Afrique. Ce pour quoi, Maripasoula fait figure d’exception. Dans cette commune de l’ouest guyanais, proche de la frontière avec le Suriname, il existe un quartier, une avenue et un chemin qui portent le nom d’Abdallah en hommage à un ancien bagnard. Si son nom est resté, son histoire personnelle s’est effacée de la mémoire collective.

Abdallah c’est un peu l’arabe qui cache la forêt, l’un des rares forçats à avoir pu construire une vie après le bagne quand des milliers de parias y ont laissé leur vie. Pour autant, on ne sait pas grand chose de lui, son nom de famille ne figure que partiellement dans la toponymie de Maripasoula . Contemporain de l’écrivain afro-américain Ralph Waldo Ellisson, Abdallah est lui aussi « invisible tout simplement parce que [nous] refus[ons] de le voir. »

Le confinement ne me permet pas d’aller à Maripasoula et de mener les entretiens que j’avais prévu de faire pendant les vacances de Pâques. Qu’à cela ne tienne, je vous propose, entre deux « cueillettes de fraises », de vous présenter le parcours d’Abdallah, en l’état actuel de mes recherches. J’en profite pour remercier l’ensemble des collègues des archives territoriales de Guyane, pour leur aide précieuse dans cette enquête.

*Expression empruntée au sociologue Abdelmalek Sayad. Voir La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré , préface de Pierre Bourdieu, 1999

Une enfance algérienne

Fils de Cherif ben Ahmed et de Fatiha Bent Belkacem, Abdellah LALLAYMIA BEN CHERIF est né en 1904 à Morris, commune de plein exercice (1885) situé dans le nord-est de l’Algérie, près de l’actuelle ville d’Annaba.

Au XIXe siècle, Morris est l’un des deux centres de population créés au lieu dit Zerizer, par arrêté du 19 septembre 1877. Aujourd’hui la ville porte le nom de Ben M’hidi, sans doute en hommage à l’un des héros de la révolution algérienne, Larbi Ben M’hidi, assassiné par l’armée française lors de la « grande répression d’Alger » (Gilbert Meynier).

Ces quelques jalons historiques sur son parcours « d’homme libre » dans l’Algérie coloniale puis dans « l’enfer vert guyanais » permettent de dessiner les contours d’un itinéraire hors norme : celui du « fils du pauvre » (Mouloud Feraoun) condamné à l’exil pénal pour assassinat, devenu propriétaire terrien en Amérique.

Avoir 20 ans dans l’Algérie de l’entre-deux guerres